Le mal-être des enfants pris en charge par l’Assurance Maladie

2 min de lecture
2 Un jeune garçon triste assis dans des escaliers pour évoquer les séances de psychologue offertes par la sécurité sociale pour soutenir les enfants pendant la pandémie

Irritabilité, troubles du sommeil, difficultés de concentration… Les signes d’anxiété, voire de dépression, dus à la crise sanitaire, touchent aussi les plus jeunes ! Pour les soutenir, l’Assurance Maladie propose un dispositif de soutien psychologique exceptionnel ouvert aux 3-17 ans : PsyEnfantAdo.

Avec la crise sanitaire, les difficultés que pouvaient rencontrer mes enfants auparavant, comme avoir du mal à s’endormir, ressentir de l’anxiété ou des pics de colère, ont eu tendance à s’accentuer. Nous essayons de dialoguer et de favoriser l’exercice physique pour les aider à évacuer les tensions, mais ce n’est pas toujours facile.

Céline, 41 ans, mère de 3 enfants de 2, 8 et 10 ans.

La santé mentale des enfants impactée par la Covid-19

Les enfants de Céline sont loin d’être les seuls à exprimer leur mal-être face aux confinements et à l’angoisse générée par la pandémie de Covid-19. En 2020, en France, l’Inserm(1) note que 22% des enfants de 8 à 9 ans ont rencontré des troubles du sommeil, tandis que 13% d’entre eux étaient touchés par des difficultés « socio-émotionnelles », souffrant d’isolement, d’anxiété, de difficultés à se concentrer ou d’impulsivité(2).

Si, comme Céline, vous sentez que vos enfants sont en difficulté, vous pouvez vous tourner vers le dispositif PsyEnfantAdo de l’Assurance Maladie.

Quand la Sécurité sociale prend en charge les séances chez un psychologue

Avec le dispositif PsyEnfantAdo, les enfants de 3 à 17 ans inclus peuvent bénéficier de 10 séances maximum chez un psychologue clinicien conventionné par l’Assurance Maladie : 1 séance « bilan » de 45 minutes environ suivie de 9 séances « classiques » d’une trentaine de minutes.

Inscrit dans un parcours de soins, le dispositif s’adresse aux enfants en situation de « souffrance psychique d’intensité légère à modérée, sans signe de gravité ». Il n’est pas adapté aux cas plus sévères (risque suicidaire, bipolarité, trouble neuro-développemental…), qui peuvent nécessiter l’intervention d’un psychiatre.
C’est pour cette raison que vous devez d’abord consulter un médecin qui pourra, en accord avec vous et avec votre enfant, prescrire des séances de soutien psychologique.

Une fois le dispositif enclenché avec le psychologue choisi, vous n’aurez aucun frais à avancer : le professionnel sera rémunéré directement par l’Assurance Maladie et ne vous demandera en aucun cas de dépassements d’honoraires.

Le site compte, un mois après son ouverture, près de 348 psychologues répartis sur toute la France. Cependant, l’annuaire, mis à jour quotidiennement, est appelé à s’enrichir.

En pratique

Si j’ai l’impression que mon enfant a besoin d’aide :

  • Je consulte le médecin qui suit habituellement mon enfant : généraliste, pédiatre, médecin de PMI (Protection Maternelle et Infantile)…
  • S’il le juge adéquat, le médecin lui prescrit une psychothérapie.
  • Je prends rendez-vous chez un psychologue référencé sur le site sante.gouv.fr.
  • Mon enfant pourra bénéficier de 10 séances entièrement prises en charge : je n’aurai rien à payer, pas même le ticket modérateur.
  • Le professionnel facturera les séances directement à l’Assurance Maladie, je n’aurai aucun frais à avancer.

En chiffres

Les premières études sur la santé mentale des enfants pendant la crise de la Covid-19 montrent qu’elle a eu un impact sur les jeunes du monde entier : 87% d’entre eux, par exemple, ont vu leur école fermée à cause de l’épidémie(3). Les chercheurs de l’Université de Bristol, au Royaume-Uni soulignent dans une étude préliminaire(4) que des difficultés émotionnelles habituellement liées à la « crise des 2 ans » (ou « terrible two ») ont pu dans ce contexte toucher des enfants bien plus âgés : crises de colère voire de rage, rejet de la frustration, difficulté à gérer le flot d’émotions…

Une autre étude, menée à Shanghai (Chine), durant le printemps 2020 et publiée en janvier 2021(5) note la nette prévalence de l’anxiété (24,9%), de la dépression (19,7%) et du stress (15,2%) chez les élèves des écoles primaire et secondaire interrogés.

Partout, les professionnels sont en alerte : le mal-être des enfants, s’il n’est pas suffisamment pris en compte, pourrait avoir des répercussions sur la santé mentale des adultes qu’ils deviendront.

Photographie d'une petite fille masquée avec ses poupées aussi masquées pour évoquer les troubles psychologiques des enfants durant la crise sanitaire du covid19 et des séances de psychologue prévus par l'Assurance Maladie

Bon à savoir

PsyEnfantAdo est une mesure temporaire : les séances doivent être prescrites par le médecin au plus tard le 31 octobre 2021 et ne pourront se dérouler après le 31 janvier 2022. De plus, la durée du traitement ne peut excéder 6 mois.

SP21 / FCR0243

(1) Institut national de la santé et de la recherche médicale

(2) https://presse.inserm.fr/la-crise-sanitaire-impacte-la-sante-mentale-des-enfants-vraiment/42900/

(3) Mental health and its correlates among children and adolescents during COVID-19 school closure: The importance of parent-child discussion, Journal of affective disorders, https://www.sciencedirect.com/journal/journal-of-affective-disorders

(4) https://www.bristol.ac.uk/alspac/news/2021/child-mental-health.html

(5) Journal of affective disorders, https://www.sciencedirect.com/journal/journal-of-affective-disorders

En un coup d’oeil !

La crise sanitaire a des impacts psychologiques sur les enfants. 

L’Assurance Maladie peut prendre en charge 10 séances auprès d’un psychologue conventionné.

Il n’y a aucun frais à avancer : le professionnel est rémunéré directement par l’Assurance Maladie.