Journée Internationale des Droits des Femmes : la place de la femme dans le BTP

Femmes BTP - Plan

A l’occasion de la Journée Internationale des Droits des Femmes, le 8 mars 2019, nous faisons le point sur la situation des femmes dans le BTP, secteur encore majoritairement réservé aux hommes. Nous le savons tous, le monde du BTP était, il n’y a pas si longtemps, quasi exclusivement masculin. Cependant, on note depuis quelques années une évolution des mentalités et une forte volonté de favoriser la mixité dans tous les métiers du BTP, au niveau des fonctions administratives et de direction mais aussi sur les chantiers de construction ! Où est-on aujourd’hui ? Quelle est la place des femmes qui travaillent dans le bâtiment ? Quels sont les grands enjeux de la mixité ? Découvrez le témoignage d’une femme qui a choisi de travailler dans le BTP.

Quelle place pour les femmes dans le secteur du BTP ?

L’emploi féminin dans le BTP

Ce n’est pas une surprise, les femmes restent largement minoritaires dans le secteur du BTP. En 2017, les femmes représentaient 11,9% des salariés du bâtiment, contre 8,6 % en 2000. Ce chiffre est même inférieur à celui du secteur de l’artisanat de fabrication, où les femmes sont représentées à hauteur de 25 %.

Derrière ces chiffres se cachent des différences radicales dans les postes occupés. Hormis les 1,5 % de femmes parmi les ouvriers, elles occupent surtout des fonctions administratives éloignées du terrain. Néanmoins, les femmes sont très bien représentées dans les postes de direction. Plus de 50 % des entreprises ont à leur direction ou codirection des femmes dirigeantes, d’après la Fédération Française du Bâtiment (FFB).

Les entreprises s’engagent pour améliorer la représentativité des femmes, et vite ! Par exemple, le groupe Colas s’est donné l’objectif de compter parmi ses effectifs 30 % de femmes cadres d’ici trois ans.

La place des étudiantes et des apprenties dans le BTP

On retrouve aussi chez les étudiants du BTP cette sous-représentation des femmes, même si elles sont de plus en plus nombreuses à rejoindre cette filière. Aujourd’hui, 25 % des élèves de l’École Supérieure des Jeunes Dirigeants du Bâtiment (ESJDB) sont des femmes, d’après la FFB.

Ici encore, les grands groupes de la construction, tels Bouygues ou Colas, multiplient les efforts pour attirer les jeunes femmes vers les métiers d’ingénieur. Bouygues Construction et d’autres entreprises de la construction et de l’énergie ont organisé, en partenariat avec l’Association ELLES BOUGENT, une journée « Portes Ouvertes » dédiée aux métiers de la « Smart City » pour les collégiennes, lycéennes et étudiantes.

Les initiatives pleuvent pour attirer les femmes dans des métiers traditionnellement dédiés aux hommes. Le projet européen « Women Can Build » a pour but de favoriser l’intégration des apprenties dans les cursus « masculins » et d’adapter les méthodes pédagogiques à cette meilleure prise en compte du public féminin.

Les écoles d’ingénieurs se mobilisent aussi pour la lutte contre le sexisme. L’objectif est de favoriser un environnement propice à la présence des jeunes femmes étudiantes, apprenties ou stagiaires, en sensibilisant sur le sexisme et le harcèlement sexuel dans les écoles.

Intérêt et enjeu de la mixité dans le secteur du bâtiment et de la construction ?

Favoriser la mixité dans le BTP : une opportunité pour les femmes

Les mutations du secteur du BTP favorisent la présence des femmes, notamment la mécanisation des tâches et l’adaptation des dispositifs de manutention. Aujourd’hui, « le besoin d’une main d’œuvre qualifiée avec le développement du tertiaire et les conditions de travail favorables donnent aux femmes de vraies opportunités professionnelles », selon Jean-Christophe Repon, chef de file de la formation à la CAPEB.

Les opportunités sont grandissantes pour les femmes avec la forte demande en vue des grands projets nationaux de construction. D’après le Parisien, avec les chantiers du grand Paris, la tenue des Jeux Olympiques 2024 en France et les enjeux de la transition énergétique, la création d’emplois dans le secteur va exploser dans les années à venir. En Ile-de-France, 214 000 emplois vont être créés entre 2018 et 2030.

De même pour l’entrepreneuriat dans le secteur, où la croissance est bonne. D’après Christine Petiteau, présidente des groupes Femmes Dirigeantes de la FFB, dans les années à venir, « 40 % des entreprises seront à reprendre dans le secteur », une aubaine pour les femmes dirigeantes.

Féminiser le secteur du bâtiment & travaux publics : un atout pour les entreprises

Les chefs d’entreprise apprécient grandement la présence des femmes dans le secteur du BTP, selon la FFB. Elles apportent un regard neuf et une image moderne de l’entreprise du BTP. Elles sont aussi dotées d’une plus grande patience et ont un rôle pacificateur sur les chantiers, d’après la thèse de Stéphanie Gallioz, doctorante en sociologie du travail et des rapports sociaux de sexe. Toutes ces qualités font des femmes des atouts forts pour les entreprises du bâtiment et de la construction.

L’égalité hommes-femmes dans le secteur du BTP : un enjeu crucial !

En 2015, un plan pour la mixité a été signé par la CAPEB, en ligne avec la stratégie du gouvernement français d’atteindre la mixité pour un tiers des métiers d’ici 2025. L’objectif de ce plan est de promouvoir le travail des femmes dans le bâtiment.

Dans cette même lignée, les Fédérations de l’Union Sociale pour l’Habitat (USH), qui se sont réunies en octobre 2018 pour leur 79ème Congrès, ont marqué leur engagement en faveur de l’égalité femmes-hommes par la signature d’une charte.

De nombreuses autres initiatives œuvrent pour l’égalité hommes-femmes dans la construction, comme par exemple la campagne #JesuisIngénieurE, pour promouvoir la féminisation du secteur du BTP, ou encore la création de la plateforme Ellesconstruisent.fr, qui présente les parcours inspirants de femmes du BTP.

Les mentalités évoluent mais les chiffres bougent moins vite. Le travail est encore long pour atteindre l’égalité femmes-hommes, notamment en ce qui concerne le salaire. Aujourd’hui, dans le secteur du bâtiment, les salaires féminins sont 25 % plus bas que les salaires masculins.

Elle a choisi le bâtiment : témoignage d’une femme dans le BTP

Julie SABARD travaille dans le BTP depuis 20 ans. Aujourd’hui, elle est responsable administrative et financière de SCBL, entreprise spécialisée dans les gros œuvres, dans le Loiret.

Femmes BTP - Julie Sabard

Son parcours ?

Atypique. Elle n’avait pas du tout prévu de travailler dans le BTP. C’est en rencontrant son mari qu’elle a pu débuter en tant que secrétaire comptable dans une entreprise du BTP pour se former sur le tas. Puis, en 2004, son mari et elle fondent leur propre entreprise, SCBL. Elle s’occupe de toute la gestion administrative et son mari de la supervision des chantiers. Au-fur-et-à-mesure, elle apprend à connaître les travaux et s’y intéresse de plus en plus. L’an dernier, suite à un accident de travail de son mari, elle a dû l’accompagner sur les chantiers. Elle assistait donc aux réunions. « Ça me plaisait vraiment et je me suis aperçue que j’avais de bonnes compétences. L’idée a germé que je fasse un peu moins de bureau et que je commence à aider sur les chantiers », explique Julie SABARD. « Pour l’instant, j’assure uniquement le suivi de fins de chantiers. Je suis avec mes gars, je m’occupe de la finition, j’apprends aussi sur le tas le nouveau métier de conducteur de travaux ». Elle compte s’inscrire en formation pour continuer à développer les compétences et, à terme, travailler à temps plein sur les chantiers.

Elle a le sentiment que les mentalités évoluent pour les femmes, même si cela reste un milieu d’hommes et qu’il faut trouver sa place. En outre, la présence des femmes sur les chantiers est reconnue par la plupart des clients de son entreprise. « Ils apprécient la précision des femmes pour la manipulation des engins ».

Julie est fière de son métier, et fière de son entreprise !

Son engagement pour promouvoir les femmes dans le BTP ?

SCBL n’hésite pas à accueillir des stagiaires femmes car, selon Julie, elles ne seraient pas toujours recrutées ailleurs. En effet, avoir une femme sur un chantier entraîne des obligations pour l’entreprise (toilettes séparées, vestiaires hommes-femmes, etc).

A titre personnel, Julie s’engage pour la Journée Internationale des Droits des Femmes au sein du groupe Femme Dirigeantes de la FFB Loiret. Vendredi 8 mars, Pôle Emploi organise au CFA du BTP d’Orléans une matinée avec plus d’une centaine de demandeuses d’emploi pour présenter les métiers connotés « masculins », comme le BTP, le transport routier, l’ébénisterie, etc.

Enfin, avec son groupe Femmes Dirigeantes, elle organise Sensation’ellesun rallye de courses et de défis : construction de murs, rénovation de pièces, conduite d’engins etc. « L’idée est de promouvoir le rôle de la femme dans le bâtiment, et de montrer qu’elles peuvent, elles aussi, réaliser des travaux dits « physiques » », explique-t-elle.

Le 8 mars 2019 – SP19/FCR0219
Communication non contractuelle à caractère informatif