L’hygiène sur les chantiers, ce que vous devez savoir

L’hygiène dans le milieu du BTP est aujourd’hui plus que primordiale, car elle assure le bon déroulement ainsi que la sécurité d’un chantier en cours.

Depuis ces 30 dernières années, le nombre d’accidents mortels à été diminué par 3, et ce depuis la mise en place de mesures de prévention plus rigoureuses. Le respect des règles d’hygiène est essentiel dans la vie courante, et il l’est davantage dans le travail et le secteur du BTP. En effet, l’image de votre société dépend, entre autres, du respect de ces règles sur vos chantiers. Les mesures d’hygiène au travail sont assez simples à mettre en œuvre, et permettent de limiter les risques d’apparition de maladies professionnelles. L’aménagement de ces règles peut parfois être un véritable obstacle pour certaines entreprises, ainsi, comment les appliquer efficacement ? MBTP vous conseille !

 

La « base vie », un principe fondamental

Les grands chantiers ne sont que faiblement touchés par des problèmes d’aménagement hygiénique. En revanche, les chantiers plus petits sont parfois confrontés à des difficultés lorsqu’il s’agit de respecter la réglementation. Là où tout employeur voit sa responsabilité engagée en matière d’hygiène et de conditions de vie, comment vous assurer de répondre à ces conditions ? Le moyen le plus efficace est de suivre le principe de « la base vie ».

Souvent formée d’un ensemble de bungalows d’usage, la base vie est une installation de nécessité primordiale. Elle doit s’adapter à l’importance du chantier et être reliée aux équipements clés de ce dernier. Bien-entendu, elle doit répondre à la réglementation en vigueur telle qu’énoncée dans le code du travail.

 

Pour une bonne application et conservation de ces règles

 

Le rôle de l’employeur

Vous devez avant tout travailler la prévention des potentiels risques dus au manque d’hygiène.

En effet, avant de vous lancer dans l’achat d’équipements de protection ou autres, vous devez envisager toutes les possibilités de prévention que vous pouvez mettre en place pour limiter au maximum les risques. De simples mesures, et souvent peu coûteuses, peuvent parfois suffire à répondre aux exigences d’hygiène. La difficulté réside dans la rigueur de celles-ci qui doivent être appliquées strictement et continuellement.

Toutes les obligations à mettre en place sont recensées dans le code du travail, et énoncées dans l’article en vigueur R4228-1 : « l’employeur doit mettre à disposition de ses salariés les moyens d’assurer leur propreté individuelle ». Cela implique des aménagements de première nécessité comme des vestiaires, des toilettes et lavabos, mais aussi des cabines de douche, selon votre secteur.

 

Le rôle de L’employé

Le respect des règles d’hygiène sous-entend une implication personnelle du salarié. Il doit adopter un savoir-être au regard de l’entreprise, ainsi que de ses collègues : se laver les mains régulièrement pour éviter tout contact potentiel avec un produit toxique, ne pas manger en dehors de l’espace dédié par l’entreprise, porter un uniforme ou un équipement de sécurité selon le secteur (bleu de travail, blouse, chaussures ou lunettes de protection, etc).

L’objectif est de limiter des risques potentiels tels que l’exposition à des agents toxiques.

Sachez que plus vous réduirez les mauvaises habitudes liées à l’hygiène, plus vous optimiserez l’efficacité des équipements et des locaux que vous mettez à disposition de vos salariés.

Le maintien d’une bonne hygiène sur les chantiers provient du contrat qui lie un dirigeant et ses salariés. En contrepartie des obligations auxquelles répondent les entreprises, les salariés doivent se conformer aux règles données par leur hiérarchie.

 

Les aides financières

S’équiper d’une base vie peut représenter un investissement conséquent pour une entreprise de taille modeste. Mais pour l’achat de matériel lié à l’hygiène, des aides financières existent :

  • Les TPE et PME du BTP de moins de 50 salariés ayant signé un contrat de progrès ou engagé des actions de prévention, peuvent bénéficier d’un prêt entre 3 000 et 30 000€HT, avec un taux bonifié de 1%, offert par l’Organisme Professionnel de Prévention du Bâtiment et des Travaux Publics (OPPBTP) et la BTP banque ;
  • Les TPE et PME peuvent bénéficier des subventions de certaines Carsat (Caisse d’Assurance Retraite Santé au Travail), sous réserve d’un contrat de prévention, si elles sont désireuses d’investir dans des équipements de prévention hygiénique ;
  • Vous pouvez obtenir la subvention Bâtir +, qui assume à hauteur de 50% les frais d’achat de bungalows.

Ce que vous devez retenir

Depuis la loi du 23 décembre 1982, les entreprises de 50 salariés ou plus doivent obligatoirement constituer un comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) avec pour objectif de contribuer à améliorer les conditions de travail des salariés, et d’assurer une meilleure protection de la santé et de la sécurité du travailleur.

L’hygiène sur les chantiers est primordiale, car représentative du bien-être de vos salariés. Des mesures efficaces assurent une qualité de travail optimisée et une image de l’entreprise plus positive.

 

Cet article peut également vous intéresser : Pour une meilleure gestion des déchets de chantier dans le BTP

Communication non contractuelle à caractère informatif

Le 19 mars 2019 – SP19/FCR0216