Annie Pinault, Directeur de la MBTP : « Permettre aux entreprises du BTP d’avoir le choix dans leur protection sociale ! »

Annie Pinault, Directeur de la MBTP

Alors que notre entreprise s’apprête à souffler ses 50 bougies, il est important de s’arrêter quelques minutes sur la portée de cet événement, de faire le bilan, d’analyser l’actualité de la protection sociale, mais également de se projeter sur la nouvelle dynamique qui nous fait avancer avec la volonté permanente d’accompagner et de guider sincèrement les professionnels du Bâtiment et des Travaux Publics. Des valeurs qui animent profondément Annie Pinault, Directeur de la MBTP, et qu’elle insuffle et déploie quotidiennement à travers la stratégie de développement de la mutuelle. Rencontre…

 

La MBTP s’apprête à fêter ses 50 ans. Que représente pour vous cet anniversaire ?
Annie Pinault : Je dirai d’abord que cet anniversaire est un symbole fort qui rappelle notre enracinement et notre crédibilité dans le monde du BTP. Il faut se souvenir qu’il y a 50 ans, notre mutuelle a été créée à partir de la volonté de chefs d’entreprises du secteur qui souhaitaient offrir une couverture santé à l’ensemble de leurs salariés, en particulier aux compagnons et aux ouvriers. Depuis, nous sommes au plus près d’eux. Je considère également que cette date nous permet de réaffirmer que nous sommes toujours là, après une période de turbulences née de la séparation avec notre ancien partenaire. Le 1er janvier 2017, nous sommes redevenus une mutuelle à part entière, avec une nouvelle organisation, de nouveaux partenaires, le tout dans un environnement réglementaire qui nous pousse à nous réinventer. Nous sommes donc fiers d’ouvrir une nouvelle voie dans la protection sociale de la famille du BTP en apportant nos valeurs : la proximité, l’agilité, l’écoute, l’expertise et la sécurité.

 


Annie Pinault, Directeur de la mutuelle MBTP

 

Comment allez-vous célébrer ces 50 ans ?
Annie Pinault : Nous avons décidé de faire coïncider l’Assemblée générale habituelle de la MBTP en juin avec la soirée festive des 50 ans de la Mutuelle et d’en faire un seul et même évènement. Cela nous permettra ainsi de remercier nos adhérents, nos partenaires, les entreprises avec qui nous travaillons au quotidien, mais aussi nos administrateurs et nos délégués pour leur implication sans faille à nos côtés.

 

« La relation client est au cœur de notre fonctionnement »

 

 

Ce sera une nouvelle fois l’occasion d’entretenir le lien fort qui vous lie aux acteurs du BTP. Comment avez-vous forgé cette relation et comment l’entretenez-vous ?
Annie Pinault : L’élément fondamental est la connaissance de la réalité des métiers. A travers nos partenariats, notamment avec la Fondation du BTP, notre réseau (entreprises, organismes professionnels, médecins du travail, etc.) et les manifestations auxquelles nous participons, nous sommes proches du terrain et en capacité de proposer un service adapté à chaque typologie d’adhérent. L’autre axe est notre ambition de placer l’humain au cœur de la relation. Nous ne sommes pas là pour vendre des contrats mais plutôt pour accompagner les entreprises dans les bons moments, comme dans les périodes de difficulté. Si je dois donner un exemple : nous travaillons actuellement avec une société qui a subi une liquidation judiciaire. Nous leur avons proposé des accompagnements spécifiques ainsi que de l’action sociale. Il faut être en soutien. Autre exemple, les entreprises du secteur se plaignent de la difficulté à embaucher. Nous allons donc lancer un projet en nous adressant à nos adhérents en recherche d’emploi afin de les aider à se rapprocher de ces entreprises. Ainsi, toujours à l’écoute de nos adhérents, nous proposons de nouveaux services, appréciés des professionnels. Nous sommes en permanence animés par cette volonté de faire bouger les choses et de répondre au mieux à leurs préoccupations.

 

Justement, vous êtes très attachée à la relation client…
Annie Pinault : Oui, tout part de cette notion, c’est ma conviction, c’est pourquoi elle est au cœur de notre ADN. L’idée est que chacun au sein de la MBTP considère sincèrement l’adhérent comme quelqu’un d’unique à qui il faut rendre le meilleur service possible. Pour cela, nous avons des process très précis qui permettent de développer l’empathie, de travailler sur la clarification du besoin ou sur la bonne compréhension des attentes de nos interlocuteurs, et nous sommes aujourd’hui la première mutuelle à simplifier autant la relation avec le client. Nous sommes ainsi précurseurs dans notre secteur dans l’utilisation du NPS (Net Promoter Score), l’indicateur de satisfaction client de référence. Nous menons également un suivi et une analyse en temps réel des verbatims laissés par les adhérents afin de détecter rapidement la moindre insatisfaction et de réagir au plus vite. C’est une source de remise en cause et d’amélioration au quotidien.

 

« Les professionnels du BTP plébiscitent une alternative de qualité en protection sociale »

 

Au plan général, qu’est-ce qu’une bonne mutuelle selon vous ?
Annie Pinault : La bonne mutuelle est celle qui répond à nos besoins de couverture et qui rentre dans notre budget. Si j’ai 25 ans ou plus de 50 ans par exemple, mes problématiques seront forcément différentes, le niveau d’accompagnement et le coût également. Pour être adaptée, elle doit donc être sur-mesure et pouvoir évoluer lorsque ma situation change. Mais selon moi, une bonne mutuelle, ce sont aussi des hommes et des femmes en capacité d’écouter, d’accompagner, d’échanger et de guider les adhérents, de naturellement faire naître une confiance mutuelle.

 

Quelles sont les nouveautés en termes d’offres pour cette année 2019 ?
Annie Pinault :
Nous proposons tout d’abord une offre responsable intégrant toutes les exigences du 100% santé. Il s’agit d’une gamme progressive, simplifiée et qui est au plus proche des besoins et des attentes des différentes typologies d’adhérents. Ensuite, nous avons des offres de surcomplémentaires non responsables. Elles permettent à des personnes qui ont des consultations avec des dépassements d’honoraires ou qui souhaitent avoir des renforts au-delà des plafonds responsables sur différents postes de soin (optique, dentaire, kinésithérapie, psychologie, etc.), d’y accéder. Grâce à notre partenariat avec le Groupe APICIL, outre des offres de complémentaire santé, pour les individuels, nous proposons aussi des contrats dits de « petite prévoyance » : garanties décès, accidents de la vie, indemnités journalières en cas d’hospitalisation. Et dans le cadre des entreprises, nous proposons également des contrats de prévoyance : une offre qui s’accorde en tous points avec les exigences et les conventions collectives du bâtiment et des travaux publics. Nous avons donc mis en place une délégation de gestion avec l’institution APICIL Prévoyance. Nous proposons ainsi  un interlocuteur unique pour la gestion des contrats de santé et de prévoyance. Autre nouveauté, grâce à un accord de partenariat avec Groupama Rhône-Alpes Auvergne, nous proposons également aux entreprises du Bâtiment, une assurance décennale ainsi qu’une assurance de responsabilité civile du dirigeant, pour les mandataires sociaux.

 

Qu’est-ce que qui vous différencie des offres concurrentes ?
Annie Pinault : Aujourd’hui, il est clair que l’écart ne se fait pas sur les offres, car le cadre réglementaire est extrêmement strict et nous donne assez peu de liberté. En revanche, les différences apparaissent dans la relation avec l’adhérent. A la MBTP, nous avons l’ambition d’offrir une offre complète en santé et en prévoyance qui s’adapte aux entreprises, aux artisans et aux individuels, tout en leur permettant d’avoir le choix de choisir ! En effet, les professionnels du BTP plébiscitent une alternative de qualité en protection sociale. Il s’agit de notre contribution à la performance sociale et économique des entreprises. En cela, notre partenariat avec APICIL constitue un atout majeur. Nous sommes le pôle de référence BTP au sein du groupe et cela nous donne davantage de moyens. Par exemple, au mois de mai nous  mènerons des opérations de prévention avec le bus APICIL sur les sites de l’entreprise Descours & Cabaud à Vénissieux et Mâcon. Une jolie façon d’aller au-devant des pros, de les sensibiliser, mais surtout, de les guider.

 

« Nous allons faire des réformes gouvernementales, un véritable levier pour imaginer de nouvelles opportunités »

 

 

Réforme du reste à charge zéro, possible assouplissement de la résiliation des contrats, comment accueillez-vous ces mesures gouvernementales et comment allez-vous vous y adapter ?
Annie Pinault : Nous accueillons ces nouvelles réformes comme un risque de démutualisation, allant à l’encontre de l’esprit originel des mutuelles. Mais nous allons nous adapter et transformer ce risque en opportunité : car cela fait finalement tout à fait sens à l’esprit que nous développons. S’il y a plus de volatilité des adhérents, c’est la relation client, la proximité et le respect des engagements qui seront valorisés. Nous avons pour nous la transparence absolue et la lisibilité de nos offres pour parer à la résiliation à tout instant. Et j’irai plus loin : de la même façon que dans le collectif, où il y a aujourd’hui une déduction d’impôt de la quote-part salariale, il serait bien, pour les individuels (les séniors en particuliers), que le montant de leur cotisation puisse être pris en compte également dans les allégements d’impôts.

 

Enfin, vous êtes aussi directeur de la Fondation du BTP qui fait un gros travail d’action sociale en direction des professionnels. Quel est son rôle ?
Annie Pinault : Depuis sa création voulue là aussi par des chefs d’entreprise du Rhône, la Fondation est un outil de la profession et un véritable laboratoire. Sa vocation est de mener des actions selon 4 orientations : la prévention des risques professionnels, la solidarité entre les générations, la promotion des métiers et la lutte contre l’exclusion. Elle mène au quotidien des projets de fond très concrets comme PREMIERS COMBATS qui permet de lutter contre les addictions, PACTE BTP qui vise à sensibiliser au risque routier et à l’éco-conduite, mais aussi sur la mise en œuvre de l’accord cadre régional pour renforcer les compétences de base des apprentis. Il y a également une démarche de mécénat et d’accompagnement de projets innovants. Ces actions et les résultats que nous obtenons nous valent une véritable reconnaissance des acteurs du BTP.