Comment prendre soin de son audition après 50 ans ?

C’est le troisième axe de la récente réforme du 100% santé, pourtant ces soins sont parfois perçus comme moins importants que le dentaire et l’optique. L’audition est aujourd’hui un facteur de santé fondamental, notamment lorsque l’on prend de l’âge. En effet, tout au long de nos vies personnelles et professionnelles, nous sommes confrontés à des agressions auditives générant certaines pathologies, pour le moins gênantes et même très handicapantes dans les cas les plus sévères. Heureusement, un peu de prévention, une bonne hygiène de vie et quelques bons réflexes peuvent permettre de les éviter. Et s’il est déjà trop tard, le travail des spécialistes et les dernières innovations techniques permettent de trouver des solutions. A bon entendeur !

Les statistiques sont impressionnantes : pas moins de 7 millions de Français souffrent aujourd’hui de déficience auditive. Et chez les seniors, on atteint 80% des personnes qui sont obligées de tendre l’oreille ou de porter un appareil auditif. Une gêne invisible, parfois difficile à avouer, qui joue sur la vie sociale, tend à isoler et finit par peser sur le moral. Ce phénomène est d’ailleurs en constante progression avec le vieillissement de la société et l’environnement de plus en plus bruyant de nos villes et zones périurbaines.

A partir de 50 ans, on se soucie de son audition

Il est important d’être attentif à son audition dès la cinquantaine. Comme pour tout ce qui touche à notre santé, plus tôt le mal est identifié, mieux il sera traité. Il est ainsi recommandé de prendre un rendez-vous avec un ORL afin qu’il réalise un check-up et détecte d’éventuels dysfonctionnements. A partir de 60 ans, ces visites doivent même être réalisées tous les ans. Pour bénéficier du taux maximal de remboursement, vous devrez évidemment suivre le parcours de soins en consultant d’abord votre médecin traitant.

Ensuite, au quotidien, il faut être à l’écoute de son corps et consulter dès que l’on se rend compte qu’on entend moins bien les conversations dans les lieux bruyants, qu’on demande plus souvent de répéter, qu’on a l’impression que les autres articulent mal ou qu’on monte systématiquement le son de la télévision et de la radio…

Quelles sont les pathologies auditives ?

La perte d’audition est généralement le symptôme le plus fréquent. Mais il en existe plusieurs sortes avec des origines diverses et parfois d’autres signaux associés.

  • La presbyacousie

Ce terme un peu barbare est en réalité la pathologie la plus courante. Elle donne l’impression de progressivement moins bien entendre. Cette dégénérescence liée à l’âge est un processus physiologique naturel. Il correspond à une atteinte de l’oreille interne avec une baisse progressive et continue du nombre des cellules de la cochlée (organe qui assure la dernière étape de l’intégration du son avant le nerf auditif). C’est finalement l’ensemble des structures du système auditif qui est touché. La presbyacousie débute souvent de façon très progressive, sans que la personne ne s’en rende compte. Il existe plusieurs niveaux de perte d’audition, de la perte légère à la perte profonde d’audition.

  • L’hyperacousie

Moins fréquente que la presbyacousie, elle se manifeste par une sensibilité exacerbée au bruit. On souffre alors d’une perception des sons trop forte. Ce trouble est très désagréable et donc facilement identifiable.

  • Les acouphènes

Ce sont ces bruits parasites dans l’oreille qui peuvent être, eux aussi, assez insupportables : bourdonnements, sifflements, échos… Ils s’associent à un déficit auditif et concerneraient 30% de la population senior. Ces acouphènes peuvent survenir après un traumatisme sonore aigu ou ancien, à l’occasion d’une presbyacousie, ou encore après un accident de décompression en avion ou en plongée. Ils peuvent aussi être liés à la prise de certains médicaments, à la présence d’un bouchon de cérumen ou encore à de l’hypertension.

Comment les prévenir ? Les bons réflexes et astuces à adopter

  • Se préserver des agressions sonores

Pour protéger vos oreilles, il est fortement conseillé d’utiliser des protections contre le bruit : casque anti-bruit, bouchons d’oreille en mousse, en silicone ou en cire. Ces EPI (équipements de protection individuelle) sont obligatoires sur les chantiers à partir d’un certain niveau sonore, mais cette précaution doit aussi être prise à la maison lorsque l’on utilise, même quelques minutes, un outil comme une perceuse ou une tondeuse à gazon. Mais ce doit être aussi le cas si vous assistez à un concert où la musique est très forte. Sachez d’ailleurs que les bruits les plus aigus sont les plus nocifs.

  • Baisser le son

Justement, pour écouter votre musique préférée ou votre émission favorite, choisissez plutôt des appareils Hi-fi avec un son « surround ». La qualité immersive de ce type de procédé vous évitera d’avoir trop à augmenter le volume sonore et les basses.

  • Améliorer l’acoustique

Parmi les solutions pratiques à mettre en place pour diminuer les agressions sonores, il y a l’amélioration de votre environnement acoustique. Il s’agit de soigner la qualité de vos fenêtres pour s’isoler davantage des sons de voisinage. Le choix de bons revêtements de sol peut aussi absorber un peu plus les bruits de votre foyer. On n’hésite pas non plus à choisir en conséquence les équipements les plus silencieux, par exemple en matière de ventilation.

  • Éviter de multiplier les sources sonores

Pour se soustraire à l’impression de brouhaha, on éteint la télévision en fond sonore quand on est déjà en train de parler à quelqu’un. Pour favoriser des sons nets et clairs, il est conseillé de parler à son interlocuteur à distance raisonnable et pas d’une pièce à l’autre.

  • Offrir des pauses à nos oreilles

C’est une mesure de bon sens, mais encore faut-il y penser ! Pour prévenir les pertes d’audition, il est aussi primordial de se ménager quelques pauses auditives entre deux sessions de musique ou de travaux professionnels ou domestiques. Vous permettrez ainsi à vos cellules sensorielles de récupérer et d’être efficaces durablement. On opte alors pour des lieux calmes et on évite de rester trop longtemps dans des endroits particulièrement bruyants. Souvenez-vous toujours que nos oreilles ont besoin de périodes de calme.

  • Nettoyer ses oreilles avec soin

L’hygiène est évidemment un point-clef. Il est important de savoir que si le cérumen, en s’accumulant, peut provoquer des pertes d’audition, il protège avant tout nos oreilles des agressions extérieures. Pour les laver correctement, oubliez les cotons-tiges qui peuvent les abîmer. Préférez un produit nettoyant indiqué par votre médecin généraliste ou votre ORL, et procédez au lavage seulement une fois par semaine. Sachez aussi que le cérumen ancien a naturellement tendance à s’extraire et s’évacuera tout seul pendant votre douche.

  • Limiter certaines prises de médicaments

Certaines posologies impliquent des substances nocives pour la santé de vos oreilles avec, en particulier, un impact négatif sur les fonctions auditives. Ce sont les traitements ototoxiques comme des anti-inflammatoires ou certains antibiotiques. En fonction de leur dosage et de la durée de l’ordonnance, ils peuvent provoquer des acouphènes ainsi que des pertes d’audition. N’hésitez pas à en parler à votre médecin dès les premiers symptômes.

  • Soigner son alimentation

Enfin, une bonne alimentation peut également aider à prévenir les risques de perte auditive. Les meilleurs amis de notre audition sont la vitamine D qui protège la structure osseuse de l’oreille interne, ainsi que les vitamines E, C et A, et le magnésium pour prévenir la production de radicaux libres susceptibles d’endommager l’oreille lorsqu’elle est exposée au bruit.

Des innovations techniques qui changent la vie

Et si le mal est fait, sachez que votre ORL aura de vraies solutions à vous apporter. Car ces dernières années, la technologie a fait d’énormes progrès en matière d’audition et que les innovations techniques se démocratisent pour permettre à chacun de retrouver une vie sociale normale.

  • Les appareils auditifs ou audioprothèses

Il s’agit d’un dispositif médical destiné à amplifier les sons en cas de perte d’audition. Il ne peut être délivré que sur prescription médicale après avoir passé un audiogramme. Il en existe trois types : les intra-auriculaires très discrets et qui s’adaptent à la morphologie du conduit de votre oreille, les intra-conques qui se placent dans l’oreille et débordent sur le pavillon externe, et le contour d’oreille ou le mini-contour qui se positionne derrière le pavillon.

  • Les assistants d’écoute

Vendus sans prescription médicale, ces amplificateurs ne sont pas à confondre avec les appareils auditifs. Ils ne s’adaptent pas à l’audition du patient, mais constituent une première aide efficace à l’apparition des symptômes d’une dégénérescence.

  • Les implants

Lorsque l’audioprothèse est insuffisante, votre spécialiste peut envisager un implant permettant de rétablir le fonctionnement du système auditif. Selon le type de surdité, il en existe plusieurs sortes : implant en conduction osseuse, implant cochléaire ou implant de l’oreille moyenne.

Selon une étude EuroTrak, en 2015 le taux d’appareillage était de 34% des seniors avec un taux de satisfaction de 80%. Ils décrivaient une communication facilitée, une vie sociale améliorée et une plus grande indépendance.

100% santé : MBTP vous accompagne dans votre parcours de soins auditifs

Des solutions toujours plus techniques et innovantes qui entraînent naturellement une hausse des coûts de ces prestations. La réforme du 100% santé a pour but de garantir l’accès aux soins auditifs pour tous, mais il est important d’être accompagné par une mutuelle à votre écoute qui vous aide à faire face à ces situations. L’équipe MBTP est à vos côtés pour garantir la couverture santé la plus adaptée à l’évolution de vos besoins. Rendez-vous sur notre simulateur pour tester les remboursements des prestations pour les aides auditives. Vous pourrez également consulter tous les détails de nos offres aux particuliers.

Publié le 20 octobre 2020.


Ceci peut également vous intéresser :

Comment prendre soin de ses dents après 60 ans ?
Comment protéger ses yeux et sa vue au quotidien ?