Les risques canicule et fortes chaleurs : des éléments à intégrer dans votre Document Unique (DUER)

Tout comme les nouveaux risques liés au Covid-19, le risque canicule doit être ajouté à votre document unique d’évaluation des risques professionnels (DUER ou DUERP). MBTP vous conseille pour ne pas passer à côté des indispensables.

Ce que prévoit le Code du Travail

Dans le cadre de son obligation de sécurité, il est de la responsabilité de l’employeur de protéger ses salariés des risques liés au travail par forte chaleur.

Ainsi, le risque « fortes chaleurs » lié aux ambiances thermiques doit être évalué. Cette évaluation vient compléter le DUER. Un plan d’action de prévention doit également être déployé dans l’entreprise.

Le code du travail ajoute également des mesures spécifiques parmi lesquelles une ventilation des locaux correcte, et pour le BTP, un aménagement des chantiers adapté préservant la sécurité et la santé des salariés.

Les actions de prévention pour anticiper les risques liés à l’exposition des salariés aux fortes chaleurs

En cas de fortes chaleurs, il est conseillé aux employeurs de se rapprocher de leur service de santé au travail pour rédiger une note à destination des salariés rappelant les risques liés à la chaleur (perte de vigilance, maux de têtes, insolation …). Cette note viendra compléter le plan d’action du DUER.  Dans le contexte actuel, ces mesures de prévention s’articuleront avec celles déjà prises par l’employeur pour gérer le risque pandémique (port du masque, lavage des mains …).

La température ambiante des lieux de travail peut être contrôlée ainsi que les équipements pour limiter les effets de la chaleur dans les locaux (stores, films antisolaires, ventilation…)

L’organisation du travail peut être adaptée. L’employeur peut ainsi prévoir de mettre à disposition des équipements limitant les efforts pour les salariés sur certaines tâches, des véhicules climatisés ou un travail en équipe pour effectuer des rotations avec des postes moins exposés au risque.

De plus, les représentants du comité économique et social devront être consultés et informés des mesures prises par l’employeur.

Les actions pour faire face à la période de fortes chaleurs

L’organisation et le fonctionnement des chantiers doivent être adaptés, notamment par des horaires de travail décalés et un renforcement des aides à la manutention afin d’éviter les efforts physiques durant les heures les plus chaudes.

Sur les chantiers, l’employeur devra mettre à disposition 3 litres d’eau minimum par jour et pour chacun de ses salariés. Il est également responsable de la fourniture de vêtements de protection appropriés aux travaux et adaptés à la situation, comme ceux à couleur claire en été, qui évitent les « coups de chaud » parfois mortels. Le casque et les chaussures de sécurité resteront de rigueur en toute situation.

Rappelons encore, qu’en ce contexte d’épidémie, les mesures de précaution comme le lavage des mains régulier et la mise à disposition des masques reste essentiels.

Enfin, il est conseillé aux employeurs du BTP de consulter régulièrement le site de Météo France, qui fournit les prévisions de sécheresse, de forte chaleur (canicule), d’indice de rayonnement solaire etc. et ainsi d’organiser aux mieux les chantiers et la présence des salariés.

Anticiper et adapter sont les clés pour passer l’été en toute sécurité !

Publié le 9 juillet 2020.


Ceci peut aussi vous intéresser :

DUER et Covid-19 : les nouveaux risques à rendre en compte dans le document unique d’évaluation des risques professionnels.

Annie Pinault, Directeur de la MBTP

Annie Pinault, directeur de MBTP : « Au service de nos adhérents, encore une fois, notre mutuelle a montré sa résilience et sa solidité ! »